Bartasses et Saucisson

  • Retour a l'acceuil
  • Ecrire un message à l'auteur
  • rechercher sur le site

bartasser /baʁ.ta.se/ : Sortir des itinéraires normaux, avoir des difficultés pour arriver à destination...

Arête Kuffner, Mont Maudit

Encore une fois, le créneau météo est assez court… Nico est dispo, du coup nous en profitons pour aller faire une arête qui me trotte dans la tête depuis quelques temps : l’arête Kuffner, au Mont Maudit. Un beau moyen d’aller fleureter avec le versant italien du Mont Blanc !


arête kuffner au Maudit arête kuffner au Maudit
arête kuffner au Maudit arête kuffner au Maudit

Montée au bivouac de la fourche entre les crevasses du glacier du géant, et sous le regard de la tour ronde et du grand Capucin.

Départ de l’aiguille du midi : les montées en benne ont ça de bien qu’elles économisent nos petits genoux, et que l’on se retrouve tout de suite dans le bain de la haute montagne ! Après avoir louvoyé entre les crevasses du glacier du géant, et être passé sous les belles faces granitiques du grand capucin et du trident, nous voilà arrivé au pied de l’arête. La montée au bivouac, qui se fait facilement en temps normal par un couloir de neige, est en glace en cette fin de saison… Nous voilà au pied des difficultés plus tôt que prévu ! Heureusement que j’avais un peu flairé le coup et pris deux piolets, en revanche Nico va suivre avec un seul piolet, droit qui plus est : à l’ancienne ! Ayant préféré le couloir de l’attaque directe (en meilleures conditions) plutôt que celui montant directement au bivouac, il nous reste une partie de l’arête à faire pour rejoindre notre abri… Timing parfait, parce que nous arrivons au bivouac de la fourche avec la fin de la journée… Oui mais ! (parce qu’il y a toujours un mais !) Au-dessous du dernier vide à enjamber avant de prendre pied sur la plateforme, mes lunettes de soleil trouvent le moyen de dégringoler dans une fissure… Etant donné que je risque d’en avoir vraiment vraiment besoin demain je me dépêche de descendre les quelques mètres et de commencer à fouiller dans ce tas de caillou sans grand espoir… Ouf ! Avec (beaucoup) de chance, elles se sont coincées dans un endroit improbable et je suis tombé dessus !


arête kuffner au Maudit
arête kuffner au Maudit arête kuffner au Maudit

Le soleil se lève sur l'Italie et les plus haut sommets des Alpes.

Au bivouac on retrouve deux autres gars, partis sur la Kuffner eux aussi. Décanillage tôt le matin : réveil à 3h30 (le créneau météo est courtiche), et on part en premier. On avance super bien sur la première partie de l’arête que l’on avait fait la veille dans l’autre sens, et on distance rapidement nos collègues. La grimpe déroule bien, et nous arrivons au pied de la demi-lune avec le lever du soleil : encore un instant magique. L’Italie se réveille doucement, cachée sous la brume, et la lumières commence a révélé tous ces sommets mythique qui nous entourent : Les grandes Jorasses, la tour ronde… Et bien sur le Mont Blanc qui nous domine.


arête kuffner au Maudit arête kuffner au Maudit

Moments de repis pour profiter du lever du soleil. Si on est là c'est d'abord pour savourer ces instants...

Ce versant de la Brenva est vraiment impressionnant ! Nous continuons à avancer à bon rythme : le rocher n’est pas toujours bon, mais la forme et la vigilance sont là. Si bien que nous voilà rapidement en vue de l’arête du Mont Maudit. Une fois-là, il nous suffira de la suivre pour arriver au Sommet du Maudit. 4h 30 après avoir quitté le bivouac de la fourche, on s’assoie sur le sommet, au soleil, le glacier de la Brenva et ses Séracs à nos pieds.


arête kuffner au Maudit arête kuffner au Maudit
arête kuffner au Maudit arête kuffner au Maudit

La demie-lune, puis l'arête finale jusqu'au Mont Maudit (le Mont Blanc en arrière plan) qui domine la Brenva. Les nuages de la perturbation annoncée commencent à envahire le Mont Blanc!

A l’ouest les nuages commencent à bourgeonner, mais pas d’inquiétude à avoir : nous avons un super timing ! Du coup on profite de ces instants… Viens le temps de rentrer, et vu que les jambes en redemande (et que la remontée de l’arête du midi m’avait laissé un assez mauvais souvenir) nous redescendons au pas de course et remontons prendre la benne par l’arête des Cosmique : un moyen parfait et ludique de rentrer à la maison !


arête kuffner au Maudit arête kuffner au Maudit

Le retour, d'abord par la voie des trois Monts puis l'arête des Cosmiques. Un dernier regard sur le Mont Blanc, et c'est la fin... Pour cette fois!



Merci Nico! C'était une belle ballade :)

(et merci Marion, parce que sinon il n'y aurait pas eu de photo cette fois là!)